La passion est insoluble

Alors comme ça, certains s’inquiètent. Sans son, sans vibration, comment pourrait-il y avoir de l’émotion ? Les nostalgiques du moteur thermique ne cachent pas leur inquiétude. Que va-t-il rester de la passion automobile quand la voiture électrique aura pris le pouvoir ? Eh bien, je voudrais les rassurer. Désormais clairement orientés vers les motorisations “zéro émission“, les constructeurs n’ont pas renoncé à nous faire vibrer. Il suffit de s’installer à bord de la nouvelle Mercedes EQS ou de prendre le volant de la dernière Audi e-tron GT pour s’en convaincre. La première fascine par son aérodynamisme (Cx de 0,19) et sa planche de bord stupéfiants. La seconde ensorcèle par sa plastique autant que par ses performances. Du plaisir et des sensations, elles en procurent à foison… au point de pouvoir légitimement prétendre à la catégorie Supercar des prochains Automobile Awards. Alors, n’ayez crainte : la passion automobile n’est pas près de s’éteindre et encore moins de se dissoudre dans le courant continu de nos superchargeurs.

Lionel Robert